Menu

Blanc sur Blanc

January 16–March 7, 2020
Paris

Installation video Play Button

Installation video

Installation view Artwork, left to right: © Archives Simon Hantaï/ADAGP, Paris; © Rachel Whiteread. Photo: Thomas Lannes

Installation view

Artwork, left to right: © Archives Simon Hantaï/ADAGP, Paris; © Rachel Whiteread. Photo: Thomas Lannes

Installation view Artwork, left to right: © Fondation Lucio Fontana, Milano/by SIAE/ADAGP, Paris, 2020; © Cy Twombly Foundation; © Imi Knoebel/ADAGP, Paris, 2020. Photo: Thomas Lannes

Installation view

Artwork, left to right: © Fondation Lucio Fontana, Milano/by SIAE/ADAGP, Paris, 2020; © Cy Twombly Foundation; © Imi Knoebel/ADAGP, Paris, 2020. Photo: Thomas Lannes

Installation view Artwork, left to right: © Bertrand Lavier/ADAGP, Paris, 2020; © Atelier Sheila Hicks; © Fondation Lucio Fontana, Milano/by SIAE/ADAGP, Paris, 2020. Photo: Thomas Lannes

Installation view

Artwork, left to right: © Bertrand Lavier/ADAGP, Paris, 2020; © Atelier Sheila Hicks; © Fondation Lucio Fontana, Milano/by SIAE/ADAGP, Paris, 2020. Photo: Thomas Lannes

Installation view Artwork, left to right: © Enrico Castellani/ADAGP, Paris, 2020; © Atelier Sheila Hicks. Photo: Thomas Lannes

Installation view

Artwork, left to right: © Enrico Castellani/ADAGP, Paris, 2020; © Atelier Sheila Hicks. Photo: Thomas Lannes

Installation view Artwork, left to right: © 2015 Estate of John Mason. All rights reserved; Agostino Bonalumi/ADAGP, Paris, 2020

Installation view

Artwork, left to right: © 2015 Estate of John Mason. All rights reserved; Agostino Bonalumi/ADAGP, Paris, 2020

Works Exhibited

Jean Arp, L’ami du petit doigt, 1963 Plaster, 4 × 9 ½ × 5 ⅛ inches (10 × 24 × 13 cm)© ADAGP, Paris, 2020

Jean Arp, L’ami du petit doigt, 1963

Plaster, 4 × 9 ½ × 5 ⅛ inches (10 × 24 × 13 cm)
© ADAGP, Paris, 2020

Lucio Fontana, Concetto spaziale, Attese, 1966 Water-based paint on canvas, 24 × 19 ¾ inches (61 × 50 cm)© Fondation Lucio Fontana, Milano/by SIAE/ADAGP, Paris, 2020

Lucio Fontana, Concetto spaziale, Attese, 1966

Water-based paint on canvas, 24 × 19 ¾ inches (61 × 50 cm)
© Fondation Lucio Fontana, Milano/by SIAE/ADAGP, Paris, 2020

Y.Z. Kami, White Dome VI, 2012–13 Dye and acrylic on linen, 30 × 33 inches (76.2 × 83.8 cm)© Y.Z. Kami

Y.Z. Kami, White Dome VI, 2012–13

Dye and acrylic on linen, 30 × 33 inches (76.2 × 83.8 cm)
© Y.Z. Kami

Rachel Whiteread, LEAN, 2005 Plaster, in 7 parts, overall: 79 ⅛ × 97 ⅝ × 26 inches (201 × 248 × 66 cm)© Rachel Whiteread

Rachel Whiteread, LEAN, 2005

Plaster, in 7 parts, overall: 79 ⅛ × 97 ⅝ × 26 inches (201 × 248 × 66 cm)
© Rachel Whiteread

Cy Twombly, Untitled, 1977 Painted synthetic resin, 66 × 9 × 9 inches (167.6 × 22.9 × 22.9 cm)© Cy Twombly Foundation. Photo: Rob McKeever

Cy Twombly, Untitled, 1977

Painted synthetic resin, 66 × 9 × 9 inches (167.6 × 22.9 × 22.9 cm)
© Cy Twombly Foundation. Photo: Rob McKeever

Diego Giacometti, Lampadaire aux boules, n.d. Metal, tow, and plaster, 63 ⅜ × 23 ⅝ × 23 ⅝ inches (161 × 60 × 60 cm)© ADAGP, Paris, 2020. Photo: Thomas Lannes

Diego Giacometti, Lampadaire aux boules, n.d.

Metal, tow, and plaster, 63 ⅜ × 23 ⅝ × 23 ⅝ inches (161 × 60 × 60 cm)
© ADAGP, Paris, 2020. Photo: Thomas Lannes

Sheila Hicks, Le fleuve blanc/White River, 2018 (detail) Linen, height: 212 ⅝ inches (540 cm)© Atelier Sheila Hicks. Photo: Thomas Lannes

Sheila Hicks, Le fleuve blanc/White River, 2018 (detail)

Linen, height: 212 ⅝ inches (540 cm)
© Atelier Sheila Hicks. Photo: Thomas Lannes

About

Gagosian is pleased to present Blanc sur Blanc, a group exhibition.

A century ago, Kazimir Malevich’s Suprematist paintings heralded a revolutionary new interpretation of white, in which total abstraction suggests the utopian and the infinite. Since then, artists have deployed the achromatism of whiteness in an endless range of formal and symbolic ways, evoking states of emptiness and effacement, and summoning the raw potential of the blank page. Working in different contexts and with different ends in mind, the artists in Blanc sur Blanc find unexpected power and substance in what appears at first to be an absence or lack.

In 1946, Lucio Fontana and his students drafted the Manifesto Blanco, a vision for a fundamentally new method of artistic production that demanded that artists engage with the real-world physicality of their materials instead of treating the canvas as an illusory, self-contained space. It was out of this impulse that Fontana produced Concetto Spaziale, Attese (Spatial Concept, Waiting, 1966), one of his slashed canvases. For Fontana, the painting’s allover coat of white formed a blank screen and acted as a vehicle for heightened drama, with any connotations of purity or tranquility disrupted by his forceful incisions.

Read more

Gagosian est heureuse de présenter l’exposition collective Blanc sur Blanc.

Il y a un siècle, les peintures suprématistes de Kazimir Malevich annonçaient une nouvelle interprétation révolutionnaire du blanc, où l’abstraction totale suggérait l’utopie et l’infini. Dès lors, les artistes ont déployé l’achromatisme du blanc dans un éventail infini de directions formelles et symboliques, évoquant des états de vide et d’effacement et convoquant le potentiel brut de la page blanche. Travaillant dans des contextes et des buts différents, les artistes de Blanc sur Blanc trouvent une puissance et une substance inattendues dans ce qui apparaît de prime abord comme une absence ou un manque.

En 1946, Lucio Fontana et ses étudiants ont esquissé le Manifesto Blanco, une vision pour une méthode de production artistique fondamentalement nouvelle qui exigeait que les artistes s’impliquent dans la réalité physique de leurs matériaux au lieu de considérer la toile comme un espace illusoire, autonome. C’est sous cette impulsion que Fontana a réalisé Concetto Spaziale, Attese (Spatial Concept, Waiting, 1966), l’une de ses toiles lacérées. Pour Fontana, la couche de peinture blanche qui recouvre complètement la toile formait un écran blanc et le vecteur d’un drame intense, toute connotation de pureté ou de tranquillité étant bouleversée par ses vigoureuses incisions.

Jean (Hans) Arp a fait évoluer le plâtre d’un matériau préparatoire réservé à l’expérimentation privée vers un medium de la sculpture à part entière, et son œuvre tardive L’Ami du petit doigt (Friend of the Little Finger, 1963) tire profit de la malléabilité de la substance. Modelé à une échelle qui suggère et encourage la manipulation humaine, la sculpture entièrement blanche de Arp combine douces saillies courbes et incisions au couteau. Les Paßstücke (Adaptives) de Franz West, qu’il commence à produire au milieu des années 1970, établissent une connexion parallèle entre le plâtre et le toucher humain ; cette série d’objets blancs étrangement modelés, destinés à être saisis et manipulés, incarne l’intérêt de l’artiste pour les interactions improvisées entre sculpture et spectateur.

Au cours de la dernière décennie de sa vie, Andy Warhol a rompu avec le langage visuel et conceptuel du Pop art pour se diriger de façon singulière vers la peinture abstraite et gestuelle. Abstract Painting (1982) est l’une de ces œuvres. Mesurant 40 inches carrés (101,6 cm) – les mêmes dimensions que Warhol avait utilisées précédemment pour sa célèbre série des Society Portraits – la toile est dissimulée sous un lavis blanc qui laisse seulement entrevoir des torsades multicolores en dessous.

LEAN (2005) est un exemple de la pratique de Rachel Whiteread qui consiste à rendre concret un espace négatif pour l’immortaliser. Elle a ici moulé l’intérieur de différentes boîtes en carton avec du plâtre de Paris comme un hommage quelque peu mélancolique au contenant banal du quotidien. L’accumulation géométrique de plaques blanches qui en résulte s’appuie nonchalamment contre le mur de la galerie, fantomatique mais pourtant palpable.

Sont également exposées trois œuvres récentes de l’artiste Sheila Hicks, basée à Paris, dont les travaux textiles incorporent des techniques de tissage issues de différentes cultures. Alors que l’œuvre de Hicks se caractérise par des couleurs intenses, elle travaille également avec des fibres naturelles non teintes. Elle a créé des sphères, des rectangles de toile tissée et des cascades de lin dans des teintes neutres qui exsudent un calme tactile bien que méditatif.

Blanc sur Blanc présente des œuvres de Jean (Hans) Arp, Agostino Bonalumi, Enrico Castellani, Edmund de Waal, Lucio Fontana, Theaster Gates, Diego Giacometti, Wade Guyton, Simon Hantaï, Sheila Hicks, Thomas Houseago, Y.Z. Kami, Imi Knoebel, Bertrand Lavier, Sol LeWitt, Sally Mann, John Mason, Olivier Mosset, Giuseppe Penone, Seth Price, Setsuko, Paolo Scheggi, Rudolf Stingel, Cy Twombly, Andy Warhol, Franz West et Rachel Whiteread, entre autres.

Presse

Karla Otto
Michel Hakimian
michel.hakimian@karlaotto.com
+33 1 42 61 34 36

Ottavia Palomba
ottavia.palomba@karlaotto.com
+33 1 42 61 34 36

Gagosian
pressparis@gagosian.com
+33 1 75 00 05 92